L’Institut National de l’Audiovisuel : conservation, valorisation et transmission

18 novembre 2014

La délégation Nord de l’Institut National de l’Audiovisuel, qui couvre les territoires du Nord- Pas de Calais, de la Picardie et de la Haute et Basse Normandie, fourmille de projets  ! Après le lancement des fresques et notamment Mineurs du Monde  – Histoire de Mines, réalisée avec le soutien de la région Nord-Pas de Calais, et Images de Picardie, l’Ina sortira bientôt un bouquet d’offres thématiques plus ciblées, déclinaisons de ces fresques… Rencontre avec Estelle Caron, déléguée régionale de l’Ina Nord…

LE LOUVRE LENS VALLÉE, LE PÔLE NUMÉRIQUE CULTUREL : En quelques mots, quelles sont les activités de l’INA  ?

Estelle CARON : Les missions de l’Ina, créé en 1974 lors de l’éclatement de l’ORTF, se résument en trois mots  : conservation, valorisation et transmission. L’Ina possède un fonds documentaire télé d’environ 930.000 documents dont 450.000 documents numérisés. Pour la délégation Nord, il existe pas moins de 250.000 documents (dont 110.000 sont numérisés, pour un total de 30.000 heures ! L’ensemble du fonds n’est pas accessible au grand public  : seules (!) 43.000 heures d’archives de la télévision sont disponibles sur le site www.ina.fr !

À partir de ce fonds documentaire extrêmement riche, nous avons développé une activité commerciale dont le but est de valoriser les archives. C’est dans ce cadre que nous avons créé les fresques, avec le soutien des collectivités territoriales. Nos clients sont à la fois des «  consommateurs  » classiques de l’audiovisuel (musées, bibliothèques, monde éducatif…) mais aussi des acteurs privés comme les sociétés de production, par exemple. Aujourd’hui, avec l’innovation technologique dont le Louvre Lens Vallée se fait à la fois le berceau et l’écho, de nouveaux outils voient le jour. C’est pour nous une opportunité unique d’enrichir en contenu ces supports ouverts à de nouveaux publics, au niveau territorial, comme au niveau national.

Enfin, notre dernière mission consiste à transmettre à la fois un savoir et une mémoire. Nous proposons des stages de formation à destination des professionnels de la télévision et de la radio. Nous sommes aussi en charge du dépôt légal de l’audiovisuel et du web en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF). De ce fait, nous captons, à des fins de recherche, les programmes de plus de 100 télévisions. Nous ouvrons ces contenus aux universitaires et aux étudiants pour leurs travaux.

 

Les fresques sont des témoignages d’histoire et de mémoire très complets. Vous parliez, entre autres projets, du lancement d’un bouquet d’offres… pouvez-vous nous en dire plus  ?

Oui. Les fresques sont, en quelque sorte, victimes de leur richesse ! Nous avions beaucoup de demandes des collectivités territoriales et de nos clients pour développer des contenus thématiques d’un format plus petit. Ces offres s’appréhendent selon différentes approches  : narrative, ludique, géographique, encyclopédique et culturelle, thématique ou encore chronologique. Certains de ces contenus sont déjà en ligne, d’autres le seront bientôt. D’ailleurs (attention c’est un scoop !) vous pourrez, dès le 25 novembre, tout savoir sur l’ensemble de notre offre multimedia en cliquant sur ce lien  : www.bouquetmultimedia.ina.fr !

D’autres projets de développement, comme par exemple des applications mobiles, tout aussi passionnants, sont à l’étude… mais nous en reparlerons en temps voulu  !

 

Vos missions sont très proches de celles du Louvre Lens Vallée, en somme. Comment envisagez-vous ce partenariat  ?

Il s’est conclu de manière très naturelle  lors du lancement de l’appel à projets du Louvre Lens Vallée. La médiation culturelle numérique fait partie de nos deux ADN  ! Notre objectif est de mettre à la disposition du plus grand nombre notre fonds documentaire, nous ne pouvions que nous entendre. L’Ina se veut être un acteur de proximité sur son territoire et le Louvre Lens Vallée nous offre une fenêtre incroyable sur l’innovation. Grâce à ce partenariat, nous évoluons dans nos projets de développement, toujours avec cette finalité de valorisation du territoire, de son histoire et de sa mémoire. 

http://www.ina.fr/

Article précédent:

MADE IN V : quand l’affiche traditionnelle innove… et le fait savoir !

Article suivant:

Le palmarés ProtoPITCH 2014