Oxialive nouvel adhérent : le mobilier urbain intelligent dédié à la promotion de la programmation culturelle.

03 septembre 2014

OXIALIVE est une agence média intégrant toutes les expertises liées à la communication sur les nouveaux mobiliers urbains numériques.

LOUVRE LENS VALLEE, LE POLE NUMERIQUE CULTUREL : Christophe Pawletta, présentez-nous OXIALIVE en quelques mots.

CHRISTOPHE PAWLETTA : OXIALIVE est une PME familiale basée à Arras depuis 7 ans. Avec 170 écrans connectés déployés, nous sommes leader sur ce marché en nombre d’écrans digitaux outdoor présents sur le territoire national. Nos TV dans les rues sont à la fois une nouvelle manière de présenter les visuels mais aussi et surtout l’opportunité de créer de nouveaux univers créatifs pour les marques et les annonceurs. Nos écrans sont fabriqués exclusivement en Europe.

 

Qu’apportez-vous aujourd’hui de nouveau dans l’espace culturel français ?

092014oxialiveintUn outil de promotion complètement conçu et adapté à la promotion de la programmation culturelle. En effet notre « colonne Morris » lauréate de l’appel à projets de la Ville de Paris, permet un ciblage horaire et géographique point par point des campagnes de communication. C’est particulièrement pertinent dans le cas des festivals, saisons, globalement les affiches multiples.

 

 

 

En parallèle, notre média est aussi un véritable lieu d’expression pour les collectivités locales. Très bien compris par les villes qui nous accueillent car elles y voient une possibilité de prises de paroles informatives et citoyennes.
Une analyse basée sur le parcours du regard montre que l’affichage numérique capte mieux le regard des passants qu’un panneau statique : un écran numérique est 4.5 fois plus regardé que sa part d’espace dans l’environnement contre 1.8 fois plus pour un panneau statique. Plus de 9 voyageurs sur 10 (91%) estiment que les campagnes animées diffusées sur les écrans numériques attirent le regard, qu’elles mettent bien l’offre, (83%) et revêtent un caractère esthétique (72%).

 
Qu’attendez-vous de Louvre Lens Vallée, le Pôle Numérique Culturel en devenant adhérent ?

La clé de notre développement c’est l’implantation. On peut comprendre que le consommateur de culture d’aujourd’hui qui sort d’une expo dans un musée ne va pas y retourner le lendemain mais sera sensible à un festival lyrique par exemple. Ces emplacements sont donc généralement dans l’espace publique. Là, ça devient délicat, les temps administratifs ne sont pas les temps de l’économie réelle… Une réflexion, « comme il faut que je consulte mon service juridique » coûte tout de suite 6 mois à un projet !

Nous sommes des acteurs du marché de la culture, nous sommes a proximité, et nous avons besoin d’aide et de pilotage dans ces maquis administratifs. Nous attendons beaucoup de notre adhésion dans ce sens.

 

www.oxialive.fr

Article précédent:

Nouvel adhérent à Louvre Lens Vallée : Claramedia forme à « l’anglais de Steve Jobs ».

Article suivant:

Le séminaire du Louvre Lens Vallée#1ère édition « Culture et innovation, quelles perspectives ? »