NUMA et l’AFP lancent leur laboratoire ouvert de l’innovation média

02 décembre 2014

Chaque jour 5000 dépêches, 3000 photographies, 200 vidéos et 100 infographies sont diffusées par l’AFP. Une production en 6 langues qui alimente quotidiennement tous types de supports, en France et à l’International. L’exploitation de ces contenus représente une réelle opportunité de développement pour l’AFP qui s’inscrit dans une démarche basée sur l’innovation visant à s’appuyer sur ses points forts pour proposer de nouvelles offres toujours mieux adaptées aux nouveaux besoins et aux nouveaux usages.

Pendant 6 mois, au cours de ce programme d’open innovation, l’AFP et NUMA inviteront porteurs de solutions technologiques (PME, startups…) et acteurs médias à identifier, à travers des temps de rencontres et de prototypage avec l’AFP, à explorer de nouveaux enjeux et à identifier de nouvelles opportunités.

Parmi les questions associées à ce programme : Comment augmenter le potentiel d’usage des bases de données média ? Enrichir les bases de données média : quelles opportunités dans le linked data ? Comment analyser les pratiques des lecteurs pour développer des services adaptés aux contextes d’information média et non média ? Quels outils et services développer à partir des données de l’AFP et des besoins identifiés auprès des acteurs médias et non-médias ?

Le programme est construit autour de trois axes :
1. Base de données :
Renforcer l’exploitabilité des bases de données AFP et augmenter leur capacités à être utilisées en conjonction avec d’autres.
2. Utilisateurs :
Améliorer la connaissance des usages des clients de l’AFP et du lecteur final et impliquer ces derniers dans la co-construction de nouveaux outils et offres.
3. Services :
Développer de nouveaux outils et solutions à destination des clients de l’agence.

Article précédent:

Jean-Noël Tronc, Directeur Général devant la Commission des affaires économiques et commission des affaires culturelles

Article suivant:

France Créative salue la publication de l’étude EY « Les secteurs culturels et créatifs européens, générateurs de croissance »